Entete site

Le Vol record du Mont Bouquet 

Quentin DE POTTER, Jeune pilote du club vient d'arracher à Bernard PUCHOL le record du site du Mont Bouquet avec 151,60 km parcourus le 18 mai 2014.

Voici son récit :

Samedi 17 au soir, je consulte la météo et la journée que je guettais depuis le début de la semaine tient ses promesses ! Les prévisions annoncent un Sud forcissant dès 13H, assez fort toute l’après- midi et encore forcissant le soir, notamment en vallée du Rhône.

L’emagramme annonce des plafonds sont à 1500m à midi au Bouquet et montent à un peu plus de 2000m dans l’après-midi, le tout avec de jolis cums !

Ayant endu ma voile, je prends la plus perf disponible et à ma taille : La nouvelle Tequila 4 de chez Skywalk.. une B sage, on verra bien ce que ça donne !

Le RDV est fixé à 10H30 à l’attéro EST avec Alex, Dom, Jean Paul et Chloé !

Les premiers cums forment déjà, nous montons alors tous au déco EST où nous retrouvons Antoine, Vincent et Laurent qui s’occupe de ses élèves ! On se prépare tous, j’ai hâte d’essayer ce nouveau décollage !

Vers 11H20 les premiers crosseurs décollent… Je leur emboite le pas à 11H27, le temps de m’installer confortablement dans mon cocon et ça monte déjà dans du +1/+2ms régulier, qui se transforme en +6/+7ms par moments !

Je n’avais jamais vécu des conditions aussi fumantes aussi tôt sur un site comme le Mont Bouquet.

Ce premier thermique un peu teigneux me permet de comprendre les réactions de la voile et de me familiariser avec. 

Je rattrape Alex et Jean Paul et nous partons en transition vers la pleine afin de contourner la R55B en passant par St-Ambroix.

On zone un moment dans la plaine autour des 1000 mètres car les cums ont disparu ici et au Nord ! Dom, qui nous avait rejoint, repart avec sa Delta 2 vers le bouquet pour patienter ! 

Il revient et c’est lui qui me montrera le thermique qui me remonte enfin au plafond à 1500m pour traverser au-dessus de St-Ambroix.

Jean Paul vient de poser en essayant de passer avec trop peu de Gaz, et Alex pose aussi dans la plaine à ce moment-là. J’attaque donc la transition vers le rocher de St-Bres au-dessus de St-Ambroix, et je vois Dom s’y faire satelliser ! Les cums sont revenus et le Sud rentre, parfait, je fonce ! 

13H, je cherche le thermique, et il me trouve ! Un petit +5ms intégré bien teigneux, je plis les jambes dans le cocon, j’ai à peine besoin d’enrouler je suis déjà à 1700m sous un gros cum que je quitte aux barbules.

 

 

A partir de là je me balade de thermique en thermique bien poussé par le Sud en m'efforçant de garder un cap Nord-Est pour arriver sur la droite d'Aubenas et passer au-dessus du plateau juste avant Privas (oui je suis préventif, je comptais bien péter les 103 km aujourd'hui !), et non pas sur la gauche où je risque de me retrouver coincé par la suite comme lors d'un précédent cross.

Autour de Ruoms le ciel est fumant, de gros cums que je surveille en enroulant… Encouragé par ce ciel de folie, j’ai un excès de confiance et je néglige 2 thermiques assez faibles en m’attendant à de gros varios...

Erreur ! Les cums ne tirent pas tant que ça, c’est vrai qu’au-dessus de 1000 c’est moins instable !

Il est 14H, et je me retrouve à 200m/sol vers St Maurice de l’Ardèche, dans une masse d’air très turbulente, je comprends que me mettre face au vent ne sert à rien, je fais du sur place...

 

 

 

 

Je trouve une bulle et je m’efforce de rester dedans ce qui est difficile, j’ai constamment en vue un champ où me vacher je décale en maintenant mon altitude. J’arrive à 100m/sol, fatigué de me faire chahuter pour rien, le terrain derrière est très engagé, je prends la décision de poser après 10 minutes de lutte dans le dernier petit champ que je peux atteindre, vers l’Est.

 

A peine 100 mètres de parcourus vers ma vache que je croise enfin un vrai thermique !

Cadeau du ciel, celui-là je le lâche pas (je n’ai pas intérêt car plus aucun endroit sécurisé pour poser en dessous de moi) mais il est assez puissant et me remonte assez vite à 1750m ! J’ai eu chaud, le Sud est maintenant vraiment très fort surtout en basse couche où c’est très turbulent, et le terrain est maintenant engagé, peu d’endroits pas sous le vent de Sud !

Arrivé au plafond encore sous les gros cums, je prends direction Est-Nord-Est pour une petite branche en crabe pour me placer bien au milieu du plateau (plateau de Coiron) que je dois passer pour déboucher sur Privas ! Une fois que j’estime être assez bien placé, je reprends un cap Nord-Est poussé par du Sud-Sud-Ouest ! Au-dessus du plateau je décale un +0.5 car le sol monte ! Je passe vertical les éoliennes à 800m/sol en bout de plateau et prends un thermique plus puissant, je me retrouve au-dessus de Privas à presque 2100m, les cums se font un peu plus rares. Dom, que j’ai cherché tout le vol, me dit qu’il me voit et qu’il est posé près du col de l’Escrinet (là où je ne voulais pas me retrouver car c’est un endroit un peu engagé où le vent s’accélère).

Au-dessus de Privas à 15H, je dois donc prendre une décision : Aller vers la plaine à L’est dans le bleu et avec vent de travers droit, où foncer au Nord de Privas sans possibilité de poser autre part que sous le vent sur au moins 15km… si je veux être sûr de passer les 100km il faut que je me jette, je mesure le risque, j’y vais ! Vent dans le dos je file souvent entre 50 et 60km/h, et j’enroule tout ce que je trouve dans un ciel où les cums se font de plus en plus rares !

Ca y est, mon GPS m'indique « Distance décollage 103km » en ligne droite, je suis donc sûr d'avoir passé le record de Papa ! Je vois Valence à ma droite et le Rhône qui s'approche ! Je continue de filer vent dans le dos, la fatigue commence à arriver. Un +4ms très teigneux me réveille, j'arrête d'enrouler le thermique à 2170m car trop turbulent ! Le vent a forci, je m'inquiète pour l'attéro mais le sol devient plus accueillant, je file maintenant entre 60 et 70km/h, plus d'un kilomètre par minute ! Je vois le record du Mont Bouquet arriver à grands pas je n'y crois pas, il n'est que 16H !! La masse d'air est très turbulente, je suis maintenant dans un ciel bleu total, j'enroule toujours tout ce qui passe !

 Je suis de plus en plus bas mais toujours à 65km/h, je traverse le Rhône en planant et je repère le champ le plus dégagé pour poser ! Situé entre la ville, les vignes, le fleuve et les lignes électriques, c’est le plus grand espace pour poser : Large et long, parfait, je me met côté au vent, je croise des bulles que je n’ai pas du tout envie d’enrouler, je ne fais pas les oreilles car c’est très turbulent, je tiens la voile en faisant du sur place.

Je quitte le cocon à 50m/sol au cas où, le sol approche, à peine mes pieds sont posés que je me retourne en courant vers ma voile les bras en bas pour essayer de décrocher la voile ! B sage oblige, ça décroche pas, je cours sur une dizaine de mètres avant que la voile soit complètement posée. Je m’empresse de la mettre en vrac, et là je regarde mon GPS : Distance du décollage en ligne droite : 144km et il est 17H !!!!!

Ca y est, je n’en reviens pas, j’ai battu le record du Mont Bouquet, je n’aurais jamais imaginé ça le matin même! Je suis le plus heureux des pilotes, je viens de faire un vol extra-ordinaire dont je me souviendrai longtemps !

 

 Je plie ma voile tant bien que mal, me jette sur mon eau et mes biscuits !

Le retour était excellent : A peine je finis de tout ranger qu’une voiture s’arrête : un homme m’amène à la gare de Rousillon : Un train arrive dans 10 minutes direction Avignon : Parfait, je prends un billet pour Montélimar. Linda, la femme d’Alex (avec qui j’étais en contact, merci Alex !!) me prend sur le parking de la gare de Montélimar avec ses enfants et me dépose à Pont St Esprit où je m’offre une pizza bien méritée en attendant mon père qui finit une journée d’élèves et de biplaces ! Royal !

Une pensée pour Bernard Puchol, détenteur du précédent record de 130.6km !

Je remercie mon beau père Laurent de m’avoir si bien appris le parapente et le cross, et qui me fournit tout le matériel dont j’ai besoin pour faire les meilleurs vols !

Phillemon, Phillippe Gehin, Alex, Jean Paul, Dom, Lionel, Gilles, Riko, Jack (qui m’a motivé à reprendre sérieusement le parapente !) et j’en oublie, merci de partager tous ce bons moments avec moi !!

A+ en l’air J

Quentin De Potter